Accueil du site > Actualités > Antix paralysé par une grève

Antix paralysé par une grève

Les salariés demandent plus de respect humain et social

vendredi 20 avril 2007, par Presse libre d’Aigues-Vives - Redaction indépendante


Notez cet article (moyenne):

Antix, le fabriquant de meubles en bois vieillis, est paralysé depuis le 18 avril 2007 à midi par une grève qui touche le personnel d’atelier et celui des bureaux du siège installé dans la ZAC de la Communauté de Commune, à Gallargues, tout près d’Aigues-Vives (Gard).

A l’origine de ce mouvement, une révolte de nombreux salariés qui dénoncent des méthodes de management indignes et un changement système de rémunération qui aurait récemment entraîné une baisse des salaires.

Que se passe t’il donc au "royaume" d’Antix ?

Les salariés grévistes et représentants syndicaux (CFDT, CGT) présents sur la pelouse et les alentours du site d’Antix, dénoncent d’une même voix "les mises à pied systématiques" et le "harcèlement moral" dont ils feraient l’objet quotidiennement aussi bien dans les bureaux que dans les ateliers de production d’Antix.

Grève chez Antix Et l’un de citer, comme exemple, les 5 jours de "mise à pied conservatoire" écopés pour ne pas avoir atteint les objectifs de productivité fixés par la direction ; l’autre de rapporter des insultes subies dans les bureaux lorsqu’un cadre, pourtant dévoué, ne réagissait pas suffisamment vite aux yeux de leur dirigeant ou encore les menaces de licenciement adressées à des salariés qui avaient le malheur de demander un arrêt de travail motivés par un accident.

D’après les grévistes, les plaintes et les sanctions contre Antix au tribunal des Prud’hommes de Nîmes (et de Montpellier, avant le déménagement d’Antix) seraient monnaie courante, sans pour autant changer le style de management de la direction.

Visiblement excédé, un responsable syndical CFDT précise que les salariés sont tous attachés au développement de leur entreprise mais qu’ils n’en peuvent plus de ce qu’ils décrivent comme un mépris affiché de la part de la direction d’Antix vis à vis de la Loi et de ses collaborateurs.

La colère et le ras-le-bol couvaient visiblement depuis longtemps comme l’indique le taux de rotation rapide des cadres embauchés ces derniers mois et qui ne tardaient pas à claquer la porte.

D’après les grévistes, l’évènement qui aurait mis le feu aux poudres serait une refonte récente du système de rémunération, imposée aux salariés de la production par la direction d’Antix.

D’après les explications des représentants syndicaux, le mode de rémunération des salariés des lignes de production serait en effet basé sur un savant système de points attribués à chaque objet produit, chaque point équivalant à une certaine somme d’argent crédité au salaire de l’employé concerné.

Ceci pour inciter chaque ouvrier à produire plus et plus vite.

Un changement du mode de rémunération "met le feu aux poudres" chez Antix...

Or, récemment, il semble que la Direction d’Antix ait décidé que tout produit qui, pour une raison ou une autre, ne fera pas l’objet d’une facturation au client, ne serait pas comptabilisé en points mais en temps de travail basé sur le SMIC.

Les salariés ont refusé catégoriquement ce nouveau système qui, d’après eux, implique de facto une baisse de salaire puisque le taux horaire du smic, à temps de travail équivalent, est nettement plus bas que le (ou les) points gagnés pour un même travail. Par ailleurs, outre des méthodes de management dignes, les salariés d’Antix demandent une revalorisation de la valeur des points pour tenir compte de l’évolution de la gamme de production, ainsi qu’une régularisation de la situation de certains salariés.

Un bras de fer s’est alors engagé entre le direction et les salariés. Il aura suffit d’une commande de meubles d’exposition destinés à la vitrine du magasin d’Antix (donc non facturé au client et relevant d’une facturation en temps) pour faire exploser la grève.

Actuellement, les salariés grévistes d’Antix demandent à négocier avec M. Wizemberg, le fondateur et dirigeant d’Antix. En l’absence de négociation, la reconduction de la grève sera soumise au vote tous les jours.

La grève continue...

En attendant, des tracts sont distribués aux entreprises de la ZAC de la Communauté de Commune Rhony-Vistre-Vidourle, ainsi qu’aux clients qui visitent le site d’Antix.

Affaire à suivre...

Pour en savoir plus...

- sur la société Antix, voir le site web www.antix.fr

sur le thème du "harcèlement moral", voir :

- le "Harcèlement Moral : Généralités", sur le site de l’Institut National de Recherche et Sécurité sur la santé au travail (INRS).


Partagez ce contenu:


(Publicité)

Votre publicité ici ?

> Découvrez ce que aiguesvives.fr
peut faire pour votre communication.