Accueil du site > Photos - Vidéos > Feux d’artifice à Aigues-Vives : les photos du 13 juillet (...)

Feux d’artifice à Aigues-Vives : les photos du 13 juillet 2008

Les photos du feux d’artifice qui a suivi la retraite au flambeau

mercredi 16 juillet 2008, par Presse libre d’Aigues-Vives - Redaction indépendante


Notez cet article (moyenne):

Pas de dictateur célèbre ni de chef d’état ou de défilé militaire pour assister aux commémorations du 14 juillet 2008 à Aigues-Vives, mais un petit groupe d’Aigues-Vivois, une retraite au flambeau et un sympathique petit feu d’artifice offert par la Mairie d’Aigues-Vives (Gard).

Pour ceux et celles qui n’y étaient pas, voici quelques photos du feu d’artifice du 14 juillet à Aigues Vives, qui, comme chacun le sait, se déroule le... 13 juillet au soir.

Oh ! la belle jaune !


Origine et histoire de la fête du 14 juillet en France

"Louis XVI a écrit "rien" dans son journal à la date du 14 juillet 1789. En effet ce jour-là la chasse se révéla infructueuse. A Versailles, le roi fut informé des évènements pendant la nuit et demanda au duc de la Rochefoucauld "mais c’est donc une révolte ? " "Non, sire, c’est une révolution".

C’est la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 qui est à l’origine de la Fête nationale. Ce matin là les citoyens de Paris prennent les armes et se pressent devant la prison, presque vide mais symbole de l’arbitraire royal. Paris se pare de cocardes bleues et rouges et le peuple court visiter la forteresse déchue. La monarchie absolue vit ses derniers jours.

Victor Hugo s’exclamera, le 3 juillet 1880, pendant les débats sur le choix de la date de la Fête nationale : "Oui, la chute de cette Bastille c’était la chute de toutes les Bastilles. L’écroulement de cette citadelle, c’était l’écroulement de toutes les tyrannies, de tous les despotismes, de toutes les oppressions."

Par décret du 6 juillet 1880 signé par Jules Grévy, les députés de la IIIème République adoptent la date du 14 juillet comme jour de la Fête nationale. Les villes et les villages pavoisent aux couleurs tricolores et la Marseillaise (composée par Rouget de l’Isle en 1792) résonne sur les places publiques. A Longchamp, en présence du président de la République Jules Ferry, le ministre de la guerre remet les nouveaux drapeaux tricolores et étendards aux colonels de l’armée. Sur l’ancienne place du Château d’Eau l’on inaugure un monument surmonté de la figure de la République.

Cette fête nationale dont la première édition coïncide avec l’expulsion des jésuites et le retour des communards donne lieu à des oppositions mais remporte un succès populaire indéniable.

C’est en 1915 que l’armée défile pour la première fois sur les Champs-Elysées.

1919 : défilé de la victoire, parade de toutes les armées alliées : France, Italie, Pologne, Angleterre.

1940 : quelques jours après l’armistice, un sobre défilé est organisé par le gouvernement de Vichy. La fête est célébrée parallèlement par les Français libres à Londres et à New York. De Gaulle appelle à "résister à l’ennemi, momentanément triomphant, afin que la France, la vraie France, puisse être présente à la victoire".

Aucun 14 juillet ne fut célébré dans Paris occupé.

1945 : immense célébration, la France fête sa liberté retrouvée. Les troupes défilent de la Nation à Bastille puis à l’Arc de Triomphe.

1981 : pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, un chef d’Etat issu de la gauche, François Mitterrand, descend les Champs-Elysées à pied avant le défilé militaire.

1989 : Bicentenaire de la Révolution. De nombreux chefs d’Etat étrangers ont assisté à "la Marseillaise", somptueux défilé imaginé par Jean-Paul Goude.

2002 : le président Jacques Chirac échappe de justesse à un attentat."

Source : Tf1.fr

14 juillet 2008 : les forces de l’Onu seront à l’honneur lors du défilé présidé par Nicolas Sarkozy.

Le cru 2008 est marqué par de nombreuses polémiques :

L’invitation lancée par le président Sarkozy à des chefs d’état connus pour leur régime totalitaire, suscite une vive polémique parmi les démocrates et défenseurs des droits de l’homme. La polémique enfle et il est reproché à M. Sarkozy de déshonorer les valeurs d’origine de la fête nationale française, ainsi que de trahir son engagement électoral de "mettre les droits de l’homme au coeur de son mandat".

Ajoutons à cela, la grogne des armées françaises, suite aux récentes déclarations et aux réductions budgétaires annoncées par le Président Sarkozy.

La commémoration de cette journée révolutionnaire associe aujourd’hui la solennité des défilés militaires et la convivialité des bals et des feux d’artifice.


Voir aussi :

-  L’origine de la fête du 14 juillet en France sur le site du Senat .

-  le programme des feux d’artifice du 14 juillet 2010 à Aigues-Vives (Gard).

Portfolio


Partagez ce contenu:


(Publicité)

Votre publicité ici ?

> Découvrez ce que aiguesvives.fr
peut faire pour votre communication.