Accueil du site > Associations > Lis Jouïnes d’Aqua Viva > L’hommage des Jouïnes au Baile de la Manade Nicollin

L’hommage des Jouïnes au Baile de la Manade Nicollin

lundi 10 décembre 2007, par Armand M. - Lis Jouïnes d’Aigues-Vives


Notez cet article (moyenne):

Hommage à Jean-Pierre Durieux, Baile gardian de la manade Nicollin

Le discours prononcé par Jérémie Serrano de l’association Lis Jouines d’Aigues-Vives (Gard) lors de la dernière soirée camargaise 2007.

« Tout a débuté en 1945 quand M. Lafont a décidé d’acheter une manade dont l’origine est Fernand-Granon Combet.

Ce monsieur a débuté le 15 novembre 1959 en tant que gardien des taureaux de la manade Lafont, jusqu’en 1963. Ensuite il devient baïle gardian ou il prit une responsabilité un peu plus difficile mais pour lui son cœur parlait déjà. La complicité avec M. Lafont était importante au point de prendre soin de cet élevage mais toujours avec l’accord de M. Lafont.

D’ailleurs ce monsieur dont je vous parle m’a même dit que le sang des taureaux n’a jamais changé depuis les origines de Fernand-Granon Combet, et dans ce métier là, on en apprend toujours et on en n’a jamais assez appris au bout de 50 ans de carrière.

A l’époque, les taureaux pâturaient au château d’Avignon.

En 1997, Jean Lafont vend sa manade à M. Nicollin avec plus de 280 bêtes. Aujourd’hui le cheptel s’élève à environ 400 bêtes et pâture à St Anne, Les Clos et la Tour d’Anglas ce qui représente plus de 400 hectares de terres.

Et ce baïle gardian qu’on connaît tous est resté auprès de ces taureaux et a connu pas moins de 11 bious d’or comme :

-  cosaque
-  Mario
-  cabrian
-  jouenville
-  ventadour en 77 et 79
-  furet
-  baraillé en 88, 89 et 92 il a d’ailleurs été élu biou d’or des bious d’or des 50 dernières années
-  et enfin le chouchou des arènes Virat en 2002 et 2004

Les plus beaux jours de ce baïle sont quand Ventadour et Baraillé ont remporté le titre suprême de biou d’or. Puis il y a eu 2 jours difficiles dans sa carrière ; le premier quand Baraillé s’est fait sifflé à Nîmes pour avoir passé à côté de son ¼ d’heure et en plus il a fallu le sortir le jet d’eau pour qu’il réintègre le toril. Et le second fut pour lui la mort de Baraillé courant avril 2007. Qui c’est ? Peut être a-t-il senti que son pélot partait à la retraite et qu’il ne le verra plus lui donner à manger à la main.

Après toutes ces confessions je me suis permis de lui poser une question : As-tu trouvé le temps pour partir en voyage ? Il m’a répondu en souriant, sous le regard attentif de son épouse, oui avec mes taureaux.

Je remercie son épouse de lui avoir laissé faire ce qu’il aimait car il est devenu pour nous une figure emblématique de la Camargue.

Lis Jouïnes d’Aqua-Viva tenait à l’honorer après qu’il aie pris sa retraite le 1er novembre 2007. »

1 Message

  • L’hommage des Jouïnes au Baile de la Manade Nicollin Le 21 février 2010 à 13:58 , par les anciens

    C’est seulement aujourd’hui que je tombe sur votre forum. J’étais un petit manadier à Bernis et Cailaren depuis l’âge de 17 ans. J’ai eu la fe grâce à des gens comme Jean Pierre ou Jacques Espelly, professionnels humbles, intelligents et sensibles à cette magie de notre passion. Ils m’ont donné des conseils que j’ai mis en pratique avec réussite (le Vaccarès , un de mes taureaux,par exemple) même si ma vie a du prendre un autre chemin. Merci aussi à d’autres moins connus (Papalino de Bernis par exemple ou des Gantier). Merci à ces anciens qui continuent encore, tant pis pour ces voleurs de selle qui continuent à fanfaronner dans les abrivados, il existera toujours ces grands qui ont toujours mon admiration et mon amitié.

    René des Genêts de Bernis.


Partagez ce contenu:


(Publicité)

Votre publicité ici ?

> Découvrez ce que aiguesvives.fr
peut faire pour votre communication.