Accueil du site > >> DESINTOX > Judiciaire > Procès Jacky REY vs. journal aiguesvives.fr reporté au 8 décembre (...)

Procès Jacky REY vs. journal aiguesvives.fr reporté au 8 décembre 2015

En raison de la grève des avocats, la cour d’appel de Nîmes reporte l’audience du 27 octobre 2015.

mardi 27 octobre 2015, par Presse libre d’Aigues-Vives - Redaction indépendante


Notez cet article (moyenne):

20 votes

Mise à jour du 14/03/2016 :

Le maire a perdu ce procès. Il est condamné. Voir cet article :

- Le maire d’Aigues-Vives est condamné plus lourdement en appel.

Mise à jour du 08/12/2015 :

Les plaidoiries des avocats de la défense se sont tenues comme prévu devant la Chambre d’Appel du Tribunal Correctionnel de Nîmes, le 8 décembre 2015.

Ayant subit une intervention cardiaque quelques jours auparavant, la Directrice éditoriale, âgée de 80 ans, n’était pas présente à l’audience. Elle était représentée par l’avocate du journal aiguesvives.fr, Me PECHEVIS.

Le maire d’Aigues-Vives, M. Jacky REY était présent à l’audience avec ses adjoints MM. Bernard HUMBERT (mis en cause lui aussi) et Guy BLANC.

M. REY était représenté par l’avocate de la Commune, Me Gaelle D’ALBENAS, du cabinet d’avocats MARGALL-D’ALBENAS.

Dans le public, plusieurs habitants d’Aigues-Vives avaient fait le déplacement.

Le délibéré est fixé au 26 janvier 2016.


Ce matin, 27 octobre 2015, la Cour d’Appel du tribunal correctionnel de Nîmes a renvoyée au mardi 8 décembre 2015 l’audience de plaidoirie initialement prévue le 27 octobre 2015 dans l’affaire qui oppose le maire d’Aigues-Vives, M. Jacky REY à la société éditrice du premier site d’information d’Aigues-Vives (Gard).

Ceci en raison de la grève nationale des avocats qui empêche la tenue normale des audiences.

Une première audience pour juger le fond de l’affaire avait eu lieu le 11 septembre 2015, en présence de M. Jacky REY et de la gérante de la société éditrice du site d’information indépendant aiguesvives.fr.

Aucun témoin n’avait été cité par le maire d’Aigues-Vives pour soutenir ses accusations.

En revanche, la durée d’audition des 3 témoins venus confirmer que les révélations du journal aiguesvives.fr sont exactes et raconter les agissements de M. REY en matière foncière, a dépassé le temps prévu par les juges pour cette affaire ce jour là.

De ce fait, la Cour avait ordonné un premier renvoi au 27 octobre pour que puissent plaider l’avocate de la SCP d’Avocats MARGALL-d’ALBENAS payée par la Commune (Me Gaelle d’ALBENAS est aussi l’avocate personnelle de M. Jacky REY) et l’avocate qui défend le journal aiguesvives.fr, Me Maryse PECHEVIS.

C’est cette ultime audience avant le délibéré qui se trouve a nouveau renvoyée.

Pour mémoire, M. Jacky REY a fait appel d’un premier procès en diffamation qu’il avait perdu devant le tribunal correctionnel de Nîmes au sujet d’un article intitulé :

"Scandale foncier AC111 : la mairie récidive en catimini sous un autre nom POUSSÉE À RETIRER CE TERRAIN DE LA VENTE SUITE À NOS RÉVÉLATIONS LA MAIRIE DIRIGÉE PAR M. JACKY REY REMET LA PARCELLE EN VENTE EN LA REBAPTISANT SUR LE CADASTRE.".

Par ailleurs, le maire, agissant au nom de la Commune d’Aigues-Vives, avait aussi été débouté et condamné aux dépens par le Tribunal de Grande Instance de Nîmes le 22 janvier 2014 suite à sa tentative de faire taire et de confisquer à son profit le journal aiguesvives.fr avant les élections municipales de mars 2014 où il se représentait.

Mais pour ce premier procès perdu contre le journal aiguesvives.fr aux frais de la Commune, M. Jacky REY n’a jamais fait appel.


Voir aussi :

- La face cachée de l’information à Aigues-Vives dans la rubrique "Desintox" du site aiguesvives.fr

- Divers articles liés à l’affaire des parcelles AC111 (devenue AC1127) et AC112 (devenu AC1125) du chemin des Horts à Aigues-Vives.

- Annulation du Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Aigues-Vives par la justice le 15 janvier 2014.

- Premier procès en annulation contre la deuxième version du PLU d’Aigues-Vives le 3 novembre 2015.

- ZAC de la Volte version 2 : le maire relance le projet annulé par la justice et demande aux élus de l’autoriser à décider seul de l’aménageur au profit de qui il donnera le droit d’exproprier des aiguesvivois.


Partagez ce contenu:


(Publicité)

Votre publicité ici ?

> Découvrez ce que aiguesvives.fr
peut faire pour votre communication.