Accueil du site > Actualités > Santé > Risque de nuage radioactif sur Aigues-Vives : quelques précautions à (...)

Risque de nuage radioactif sur Aigues-Vives : quelques précautions à connaître

Les moyens de protections et infos pratiques pour limiter les risques d’exposition suite à la propagation de la contamination radioactive en provenance du Japon.

lundi 21 mars 2011, par Presse libre d’Aigues-Vives - Redaction indépendante


Notez cet article (moyenne):

Suite à la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, toujours en cours, on annonce qu’un nuage radioactif pourrait arriver en France prochainement (vers mercredi 23/03/2011).*

Cela concerne donc également notre village d’Aigues-Vives (Gard).

Vidéo des dernière nouvelles (21/03/2011) de la centrale de Fukushima.

Toutefois, pas de panique à Aigues-Vives, pour l’instant.

Du fait de la grande distance qui nous sépare de son lieu d’émission, le degré de radioactivité du (des) nuage(s) radioactif(s) que nous recevrons à Aigues-Vives sera très largement dilué.


Une culture du mensonge qui doit inciter à la prudence...

Toutefois, étant donné la culture du silence, voire du mensonge, qui règne autour du nucléaire dans les principaux pays producteurs et utilisateurs de centrales nucléaires, comme la France et le Japon, il nous est apparu important de vous informer en privilégiant les sources d’information indépendantes.

On se souvient, par exemple, qu’à l’époque de la catastrophe de Tchernobyl, en 1986, les autorités politiques et de sureté nucléaires françaises avaient menti à la population, en affirmant que le nuage radioactif s’était arrêté à la frontière. Ce qui était évidemment faux.

GIF - 48.9 ko
Carte des installations nucléaires dans le monde
Source : http://www.econologie.com. (Cliquez pour agrandir)

Quant à la société japonaise Tepco (l’exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima), elle a déjà été condamnée plusieurs fois par le passé pour ses faux rapports de sécurité. Nous apprenons par ailleurs ce matin*, que cette même société Tepco vient d’admettre le défaut de maintenance préventive sur certaines pièces de sa centrale de Fukushima, qui n’auraient pas été révisées depuis plus de 11 ans (!).

Entre les mensonges français et les mensonges japonais, il est donc possible que la situation que l’on nous décrit actuellement pour la catastrophe -toujours en cours- soit en dessous de la réalité.

GIF - 51.6 ko
Carte des centrale et installations nucléaires en France
Source : Wikipedia (cliquez pour agrandir)

Quant à la réalité de la sécurité prétendûment supérieure des centrales nucléaires françaises qui nous entourent, nous laissons à chacun le soin d’y croire ou non.

Après tout, le 21 mars 2011, on peut toujours lire sur le site d’EDF (l’un des principaux constructeurs et exploitant de centrales nucléaire au monde, avec Areva), au sujet des centrales nucléaires françaises : "La disponibilité des 58 réacteurs répartis sur 19 centrales standardisées, construites pour fonctionner au moins 40 ans, garantit une production d’électricité performante, sûre, sans émission de gaz à effet de serre". (sic)

Pour ceux et celles qui ne le savent pas encore, le ridicule ne tue pas, la radioactivité oui...


Soyons concrets

Donc, sans vouloir être alarmistes, il faut être conscient que ce nous vivons en ce moment aura des conséquences à long terme, sur notre santé, celle de nos enfants, sur les aliments que nous consommons, l’air que nous respirons, etc.

Or, si l’on en juge ce qui a été fait jusqu’ici pour prevenir la population contre les risques chimiques à Aigues-Vives (voir exercice d’alerte Syngenta à Aigues-Vives), la municipalité n’est pas vraiment entraînée à gérer ce genre d’alerte.

Une modeste contribution indépendante n’est donc peut-être pas superflue...

Voici donc quelques conseils et infos utiles pour limiter les effets de la contamination en provenance du nuage radioactif annoncé :

Connaître l’état de la contamination radioactive

Pour savoir ce qu’il en est, jour par jour, de la radioactivité de l’air :

- voir le taux de radiation dans l’air mesuré par le Criirad d’Avignon (Indépendant).
- Voir les relevés de l’Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (Officiel).

Si ces balises n’enregistrent aucune contamination, cela signifie que la situation est normale et qu’il n’est pas nécessaire d’appliquer les conseils ci-après.

Quelques conseils

- 1er. Ne paniquez pas.

Cela ne sert à rien. Pire, si vous téléphonez pour un oui ou pour un non aux pompiers, hopitaux, etc. vous risquez de bloquer les lignes de téléphone qui pourraient servir aux -vraies- urgences.

- 2ième. Evitez de sortir le(s) jour(s) où le nuage est annoncé au dessus de nos têtes.

Restez dans des endroits fermés, évitez de respirer des poussières extérieures, fermez les climatiseurs et prises d’air externes qui pourraient ramener des particules à l’intérieur de chez vous. Inutile toutefois de vous calfeutrer.

S’il pleut ce jour-là et que vous êtes dessous, enlevez vos vêtements en rentrant, rincez-les à part et douchez-vous soigneusement.

Si vos enfants sont à l’école (et que l’école a pris les mesures de sécurité nécessaires), n’allez pas les chercher. Attendez la fin de l’alerte.

- 3ième. Informez-vous.

Radio, télé, internet...

Privilégiez les sources d’informations indépendantes, comme le CRIIRAD (voir le site)..

Vous pouvez aussi consulter les sites officiels comme :

- la (Préfecture du gard
- l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN).

- 4ième. Evitez de consommer des aliments particulièrement exposés aux radiations.

Dans les jours (peut-être les mois, voire les années) qui suivent le passage du nuage, évitez de manger les aliments qui auront été exposés aux retombées radioactives.

Evitez de consommer tout particulièrement les aliments qui ont tendance à concentrer les radiations comme, par exemple : les herbes aromatiques (thym, romarin,...), les champignons et les animaux qui les consomment (lapins de garrigue,...), le lait.


Et les pastilles d’iode ?

Contrairement à une idée reçue, la consommation de pastille d’iode ne protège pas des radiations.

Elles servent juste à en atténuer certains effets (cancer de la thyroïde) de la manière suivante :

L’iode contenu dans ces pastilles va se fixer naturellement dans la glande thyroïde, et la sature. Ce faisant, l’iode stable empêche ainsi l’iode 131, un composant radioactif émis en cas de catastrophe nucléaire, de se fixer dans la thyroïde (puisque elle est saturée).

Cela protège donc, un peu, contre le cancer de la thyroïde consécutif à l’inhalation d’iode 131 radioactif.

Pour autant, il faut savoir qu’une catastrophe nucléaire ne produit pas seulement de l’iode 131, mais un "cocktail" de particules radioactives plus ou moins dangereuses contre lesquelles les pastilles d’iode ne vous protègent pas du tout.

De plus, attention ! Si vous consommez des pastilles d’iode à tort et à travers, ce sont elles qui vont vous rendre malade.

Normalement, c’est le préfet qui donne le "top départ" de la consommation de pastilles d’iode stable, si c’est nécessaire (les habitants proches de centrales nucléaires en reçoivent régulièrement).

- Voir le dossier sur l’usage des pastilles d’iode (site Top Santé)

Vous pouvez en revanche sans danger, à titre préventif, consommer des aliments riches en iode (voir liste)****.


* Source : Radio France Info, 21/03/2011 ** Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité *** Source photo : site medisite. **** : sur le site doctissimo


Voir aussi...

-  Explosion d’un four sur le site SOCODEI de Marcoule .

-  Dossier spécial du Criirad** sur l’accident nucléaire au Japon .

- La modélisation Meteo-France de la diffusion du nuage radioactif au niveau mondial sur le site de l’IRSN

- Les conséquences sur la santé d’un accident nucléaire, sur le site medisite.net

- Le mensonge d’état sur le nuage de Tchernobyl en France, d’après dissident-media.org

- Forum de econologie.com sur l’accident nucléaire au Japon.

- La catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986, résumée par le site Québec-jeune.

- La catastrophe de la centrale nucléaire de Three Mile Island, en 1979, sur le site dissident-info.


Partagez ce contenu:


(Publicité)

Votre publicité ici ?

> Découvrez ce que aiguesvives.fr
peut faire pour votre communication.